Le cardigan Saint-Barnabé

L’objectif en tricotant ce gilet était pour moi de réaliser une pièce que je pourrai porter au quotidien, un très beau basique dans une matière noble.

Alors, qu’en est-il ?

La laine utilisée

La qualité

Comme je vous l’indiquais dans ma précédente gazette, j’ai tricoté ce gilet en laine de de la Fée Fil. La qualité utilisée est de la laine fingering 100% Mérino Single, cela signifie qu’elle n’est composée que d’un brin et qu’elle n’est donc pas retordue. Les fils single sont généralement un peu plus « duveteux » et moins « ronds » que les fils retordus composés de plusieurs brins. Au départ j’étais plutôt partie dans l’idée de tricoter une laine retordue car elle m’attire plus, j’aime quand les points sont bien définis et je l’imagine peut être moins fragile. Cependant, lors de la vente ce coloris n’était plus disponible en laine retordue, je me suis dit que c’était le destin, de toute façon je comptais bien tester la single à un moment ou à un autre !

Le coloris

Pour le coloris, il s’agit du bleu « Obscuro » qui est effectivement bien obscure mais il possède beaucoup de nuances. Le fil apparaît parfois presque blanc et j’ai vraiment apprécié ce point là, ne pas tricoter de l’uni donne une motivation supplémentaire pour avancer !

La quantité

Le patron préconisait 375g de laine pour une taille S. Je savais que je le ferai plus court que prévu mais m’imaginer manquer de laine en ne commandant que 3 écheveaux de 100g me semblait beaucoup trop risqué. La frustration aurait été trop grande ! Et j’ai plutôt bien fait même si j’ai tout de même eu droit à ma petite frustration. En effet, j’ai terminé mon troisième écheveaux alors qu’il me restait seulement 5 rangs de ma dernière manche à tricoter, oui j’ai bien dit 5 rangs !!! J’ai donc utilisé quelques mètres de mon dernier écheveau. Il est tout de même quasi complet et je pourrai m’en reservir comme couleur contrastante, dans une marinière par exemple.

L’utilisation et le rendu

Au niveau du confort de tricot, la laine est très agréable, elle est douce, elle glisse bien, rien à redire. Concernant son côté duveteux, je crois que ça lui donne peut être un peu plus de risque de boulocher par la suite. J’ai d’ailleurs eu un peu peur en tricotant mon gilet, je voyais les parties tricotées en premier être de plus en plus duveteuses mais finalement après blocage cela me semble correct. A voir avec le temps s’il est nécessaire de passer un coup de rasoir ou non.

En parlant de blocage, la laine s’est un peu étendue, ayant tricoté et lavé mon échantillon avant de réaliser le gilet, je le savais et l’avais donc pris en compte au moment du tricot. Cependant je ne m’attendais peut être pas à ce que cela s’allonge autant, la longueur reste bonne mais j’ai un petit doute sur la hauteur de l’encolure. Au blocage la laine a également gagné en douceur ce qui est très appréciable.

Le patron

Pour rappel il s’agit d’un patron de Marie-Christine Lévesque – Tricot Design MCL et plus précisement du cardigan Saint-Barnabé.

Technique

Il s’agit d’un gilet qui se tricote d’une seule pièce et pour lequel il n’y a donc pas de couture hormis l’intérieur des poches. Autant vous dire rien du tout pour quelqu’un qui, comme moi, a l’habitude de passer de nombreuses heures à coudre ses tricots réalisés à plat. J’étais donc ravie !

On commence par tricoter les deux bandes d’encolure du dos, puis on relève des mailles horizontalement pour démarrer ensuite le gilet. Simultanément on tricote donc les bandes d’encolure, le dos, le haut des manches et le devant. Au début cela demande beaucoup de concentration (surtout quand on ne l’a jamais fait), les sections de chaque partie sont très petites et on fait des augmentations très régulièrement. Pas question donc de lever les yeux de son tricot !

Une fois que les sections s’agrandissent puis qu’on séparer le corps et les manches, c’est beaucoup plus détendu, à savoir… point de blé, point de blé, point de blé…
Que dire du point de blé ? C’est très joli, ça rythme le tricot mais ça le rend aussi beaucoup plus long. Il m’est arrivé d’en avoir un peu marre et de rêver de jersey en rond. Le jersey en rond est finalement arrivé avec les manches qui m’ont tout de même demandé du temps. Je pense que la prochaine fois je laisserai le corps en attente, je tricoterai une manche, puis je reviendrai sur le corps et finirai par la seconde manche. Là je n’avais pas assez confiance, j’ai préféré respecter le patron et ne pas trop jouer avec mes aiguilles, des mises en attente etc…

Modifications

Le patron préconise une aisance positive de 2,5cm à 7,5cm, faisant un tour de poitrine de 85cm j’ai décidé de tricoter la taille S recommandée pour un tour de poitrine de 89cm.
J’ai ensuite adapté le patron à plusieurs reprises pour me retrouver avec un cardigan qui se trouve entre le XS et le S, je suis petite (1m53) et je me doutais bien que le S serait trop long pour moi. Tricoter un gilet de haut en bas est donc un véritable avantage car on peut l’essayer tout au long du tricot et adapter le gilet à notre morphologie.

Voici donc le récapitulatif de mes modifications :
– Au niveau de la formation de l’encolure V, j’ai tricoté 2 rangs de moins car je trouvais que ma première boutonnière allait se trouver un peu trop basse.
– Au niveau du corps je n’ai fait que 2 augmentations au lieu de 4 car je trouvais le cardigan déjà bien large (même si ça n’était pas évident d’avoir une idée hyper précise avec mon ventre de plus en plus imposant).
– Au niveau de la longueur du corps, j’ai suivi les indications de la taille XS et non de la taille S.
– Au niveau des manches, j’ai utilisé la technique de Mélina pour relever les mailles des aisselles sans avoir de trou. J’ai donc relevé 8 mailles de plus qu’indiqué dans le patron mais je les ai toutes supprimées sur les 4 rangs suivants. Je suis vraiment ravie d’avoir utilisée cette technique car j’ai obtenu quelque chose de très propre ce qui n’aurait sans doute pas été le cas sans ça car j’avais des mailles assez lâches qui auraient probablement laissé des trous.
– Et enfin concernant toujours les manches, j’en ai raccourci la longueur, je me suis arrêtée à 36cm de jersey (avant les côtes donc).

Le choix des boutons

Cela peut paraître anodin mais les petits détails de finition sont très importants et viennent vraiment terminer un tricot selon moi.

Je voulais des petits boutons en nacre pour qu’ils apportent du reflet et j’ai trouvé ce que je voulais chez Mondial Tissus. Ils sont entre le bleu et le violet et je suis plutôt contente du résultat. Je trouve tout de même le choix assez limité chez Mondial Tissus, il y a d’autres boutiques qui vendent des boutons par chez moi mais j’en reviens souvent à acheter des styles similaires. Je devrais peut être me tourner vers des merceries en ligne mais je n’y connais pas grand chose. Si vous avez des suggestions, je suis preneuse.

La durée de réalisation

1 mois pile poil ! J’ai monté ce projet le 24 décembre et je l’ai terminé, lavé, bloqué, boutonné le 24 janvier. J’ai évidemment beaucoup tricoté étant toujours en arrêt, j’aurais probablement mis plus de temps sans ça mais c’est aussi le fait d’avoir cette disponibilité qui m’a poussée à tenter un gilet avec un point texturé plus long que du jersey

Le résultat final

Le résultat est conforme au modèle, je suis contente de l’avoir réalisée sans erreur. La laine est vraiment superbe et le gilet est tout doux. Le seul doute qui subsiste est sur la taille du gilet, et notamment sur la profondeur du col V comme je l’évoquais plus haut. Cependant je suis beaucoup trop enceinte pour me rendre compte réellement de ce que cela pourra donner quand j’aurai retrouvé (plus ou moins), mon corps ! Je vais donc prendre mon mal en patience, d’ici deux petits mois je serai fixée :). Je pourrais vous faire un update à ce moment là !

Edit 01/09/2018 : J’ai enfin pris le temps de faire des photos portées de mon cardigan, elles sont intégrées à l’article !

Leave a Reply